lundi 13 juillet 2015

Rêves urbains

Marseille

Dans Désastres urbains, Thierry Paquot écrit :

« Y a-t-il un lieu […] qui favorise l’éclosion de l’ouvert ? […] Ce lieu est-il strictement géographique ? Non, un « objet transitionnel » fait également l’affaire pour révéler l’« espace potentiel » […], un quelque chose qui spatialise nos intentions et potentiellement les réalise, qui puisse […] « s’ouvrir à ce qui n’est pas encore et qui n’existe que par cette ouverture ». »

Ce questionnement prend place au sein d’une réflexion sur la ville, et sur la place de l’homme dans la ville. Après avoir critiqué la ville contemporaine, Paquot résume la finalité de sa pensée ainsi :

« Bien sûr, la ville idéale n’existe pas, et c’est certainement une bonne chose, mais il faut selon moi tendre autant que possible vers un territoire composite, accessible gratuitement à une population variée, où chacun peut évoluer à son rythme, selon ses attentes. »

Plus loin, il détaille :

« L’être humain réclame la présence de la nature, l’expression de ses sens, la confirmation des éléments, le tohu-bohu des autres, la vie dans sa turbulence et son repos, aussi. La ville, même petite, même de guingois, même bricolée, respire ce vent si particulier, qui s’insinue entre les corps, entre le bâti et le végétal et produit ainsi une ambiance, un charme qui nous transfigure et nous grandit. […] Une ville composite est respectueuse de chacun, […] elle est horizontale, inventive et mystérieuse. »

Ces réflexions urbano-philosophiques d’ordre général collent déjà parfaitement à ce que je veux dire, mais rapprochons-nous encore du sujet qui me tient à cœur avec cet extrait de Noces d’Albert Camus :

« Des cités comme Paris sont refermées sur elles-mêmes et limitent ainsi le monde qui leur est propre. Mais Alger, et avec elle certains lieux privilégiés comme les villes sur la mer, s’ouvre dans le ciel comme une bouche ou une blessure. Ce qu’on peut aimer à Alger, c’est ce dont tout le monde vit : la mer au tournant de chaque rue, un certain poids de soleil, la beauté de la race. »

Marseille

Je fais maintenant référence à un autre livre, de Baptiste Lanaspeze, intitulé Marseille, ville sauvage. Dans cet essai d’écologie urbaine (sous-titre du livre), l’auteur distingue deux types de villes : les villes intestines, « refermées sur elles-mêmes » comme l’écrit Camus, telle Paris ; et une autre famille urbaine, ce que Lanaspeze appelle des “villes dehors, à laquelle appartiennent Alger, ou Marseille. En effet, tout ce que Camus dit d’Alger dans cette citation, on pourrait l’appliquer à Marseille — qui répond également très bien à la façon dont Paquot décrit sa ville idéale.

Aujourd’hui, j’aimerais m’éloigner de la ville où je vis actuellement, la ville continentale, « refermée sur elle-même », grise, froide, embourgeoisée, proprette, homogène, conventionnelle, pour aller jeter l’ancre dans cette autre ville, cette ville littorale, cette ville « de guingois », cette “ville dehors”.

Je continue de citer Baptiste Lanaspeze, qui exprime lui aussi parfaitement mon ressenti :

« À Marseille, on pêche, on chasse, on se baigne, on pique-nique sur la plage, on prend le bus torse nu ; et tout cela altère forcément un peu le sens qu’on donne au mot “citadin”, ainsi que l’horizon qu’on lui propose. »

En effet, à Marseille, « il est rare qu’au bout de la rue, on ne voit pas une colline, un massif, la mer, ou des îles — et parfois les quatre à la fois ». Dans cette ville, tout rappelle « à chaque pas la souveraineté de la nature ». Il y a « le choc entre mer et béton », « l’affleurement incessant du calcaire au pied des maisons », « le fort ensoleillement enfin, la puissance du vent et la prolifération des goélands [qui] font qu’ici, on a beau être en ville, on se sent pleinement exposé au monde ».

L’auteur note que « dans une certaine mesure, Marseille partage ce rapport à la nature avec de nombreuses autres villes du pourtour méditerranéen qui, bien souvent, sont comme elle portuaires, industrielles et pauvres. »

C’est en tout cas un choc pour un Parisien — et peut-être n’aimerais-je pas autant Marseille si elle n’offrait pas tant de différences avec Paris. Mais ce n’est pas uniquement pour cette proximité de la nature, de la mer, pour son climat ou pour sa vie à l’air libre que j’aime Marseille, c’est également pour de nombreuses autres raisons. Dans le désordre : sa beauté sans fard, sa splendeur architecturale, sa vie culturelle alternative et foisonnante, sa population, son histoire, sa désorganisation, ses contrastes, son authenticité, etc.

Au début de cet article, Thierry Paquot se demandait s’il y avait pour chacun un lieu « qui favorise l’éclosion de l’ouvert », en précisant que ce lieu n’était pas « strictement géographique ». Marseille est en tout cas un lieu qui me ressemble, avec lequel je me sens intimement lié, et qui m’emmène haut et loin chaque fois que je m’y rends. Un lieu où je sais qu’un jour pas si lointain, je serai fier d’avoir mon petit bout de terrain.

Marseille

Les photographies sont extraites du très beau livre de Sylvain Maestraggi : Marseille, fragments d’une ville.